Flash Info 104: Peste porcine africaine - nouvelles mesures d'accès et exploitation par zone

Dernière mise à jour le 17 Oct. 2018

Ce vendredi 12 octobre, le Ministre René Collin a pris de nouvelles mesures concernant la zone de protection de 63.000 ha concernée par la Peste porcine Africaine.

Carto zones au sein des 63000 ha de zone peste porcine africaine

Suite à l’examen des carcasses des sangliers retrouvés dans la zone « rouge » (111 sangliers prélevés dont 79 infectés, concentrés essentiellement autour des villages de Buzenol, Ethe et du camp militaire de Lagland), le périmètre actuel a été divisé en 3 zones soumises à des mesures de protection et d’accès différentes.

NTF tient à saluer l’action prise par le Ministre qui répond en partie aux demandes que nous lui avions adressées afin de permettre, entre autres, une gestion des peuplements d’épicéas attaqués par le scolyte.

 

Ci-contre la carte des zones et ci-dessous les mesures qui s’y appliquent :

 

Une zone noyau de 12.562 ha conserve des mesures de protection maximale, avec interdiction de chasser, de nourrir, d’exploiter et de circuler en forêt.
Dans cet espace, les carcasses de sanglier seront activement recherchées et systématiquement analysées.
Ces mesures sont annoncées d’application jusqu’au 14 novembre, mais l’administration nous annonce déjà qu’elles s’appliqueront vraisemblablement pendant 1 à 2 ans.
NTF demande dès lors qu’une indemnisation spécifique soit prévue pour les propriétaires concernés par cette zone. En effet, l’application de ces mesures, compréhensibles dans le cadre de la lutte contre la peste porcine, condamne irrémédiablement les peuplements d’épicéas situés dans ce périmètre. Ils subiront dès lors de plein fouet les attaques de scolytes du printemps.

 

Dans une zone tampon de 29.183 ha la chasse, le nourrissage et la circulation en forêt resteront interdits. Les carcasses de sanglier y seront recherchées et analysées et un réseau de clôtures sera installé afin d’entraver la circulation des sangliers.
Par ailleurs l’exploitation forestière sera permise sur base de dérogations individuelles réservées aux professionnels. Cette dérogation sera accordée sous certaines conditions :

  • En cas de travail urgent qui ne peut attendre la fin de la période d’interdiction (par exemple l’exploitation d’épicéas scolytés)
  • Avec autorisation écrite du Icône PDFchef de cantonnement du DNF compétent (voir liste)
  • Accès limité au chantier ou à l’air de chargement
  • L’accès se fait par la voie carrossable la plus directe
  • L’itinéraire emprunté est communiqué au chef de cantonnement
  • S’il y a accès en dehors des chemins empierrés, les mesures de désinfections du véhicule et éventuellement des chaussures seront mises en œuvre selon les instructions reçues du DNF
  • En cas de découverte d’un cadavre de sanglier, interdiction de l’approcher ou de le toucher et avertissement de l’agent de triage compétent
  • Les personnes concernées par la dérogation et leurs véhicules ne peuvent pénétrer dans un élevage porcin ou entrer en contact avec des porcs domestiques

NTF demande que cette exception soit également applicable aux propriétaires forestiers afin de permettre exclusivement le martelage de peuplements d’épicéas scolytés.

 

Une zone d’observation renforcée de 21.101 ha est créée. Il y est autorisé d’exploiter et de circuler en forêt en journée uniquement.
Le nourrissage y est en revanche interdit, les carcasses de sanglier sont recherchées et analysées.
Concernant la chasse, seules celles à l’affût, à l’approche et les battues silencieuses y sont autorisées (pour tous les types de gibier). De plus, les titulaires du droit de chasse auront l’obligation d’organiser la destruction des sangliers sur leur territoire, notamment par l’autorisation du tir de nuit. La réalisation des chasses et destructions seront soumises à une obligation d’avoir suivi une formation aux règles de biosécurité. Un constat de tir/mortalité devra être dressé par un agent de l’administration pour chaque sanglier abattu.

 

Plus d'informations: 

Carto zones au sein des 63000 ha de zone peste porcine africaine